Russie européenne
Russie européenne
page 2
page 3
page 4
page 5
page 6
PHOTOS
PHOTOS







Recherche personnalisée

Je vais vous relater notre "aventure" en Russie européenne ! Comme il s'agissait aussi d'une visite familiale, l'invitation nécessaire à l'obtention du visa ne posait pas de problème. Toutefois les autorités russes ne m'ont accordé qu'un visa jusqu'au 30 août, lequel a été ensuite raccourci à la frontière au 27 août par le document (obligatoire) de circulation d'un véhicule sur le territoire de la fédération. Malgré toute notre insistance il n'a pas été possible de rallonger ce délai ! Ou alors il eut fallu courir après un bureau des douanes dans une grande ville, faire la queue etc... et des jours de perdus ! Nous avons donc raccourci le voyage, pas de toundra et pas de passage à Volgograd ! Le voyage passera par St Petersbourg, Moscou, Kazan, Perm, Oulianovsk pour la partie russe.
Nous sommes partis le 9 août au petit matin, direction la Belgique et l'Allemagne du Nord où nous avons fait une 1ère étape nocturne, fort sympa. L'endroit nous a été conseillé par un couple auquel nous demandions s'il existait une aire pour camping-car. Ce fut l'occasion de papoter avec des allemands en anglais approximatif, allemand primitif et russe primitif et par gestes ahaha, mais un moment super sympa entre... européens ! Nous avons repris notre route le lendemain direction la Pologne à fond la caisse par les fameuses autobahn ! Seule critique les stations services ne sont pas légion sur les autoroutes allemandes et le carburant plus cher que chez nous, le GPL étant quasiment inexistant ! Nous passons la frontière polonaise sur l'Oder le soir même. Premier choc ! Contrôle douanier et policier complet avec visite approfondie de la carapace ! La Pologne était-elle en Europe ? J'ai eu comme un doute ! En tout cas comme tous les autres douaniers par la suite, ils n'ont pas trouvé la vingtaine de bouteilles de bon vin que nous apportions à la famille et aux amis !!! AHAHA ! Nous reprenons la route direction Varsovie avec 2 heures de perdues rien que pour le contrôle, rajouter 3 heures pour l'embouteillage ! Deuxième choc, les routes de Pologne sont pourries (imaginez 30 cm de neige avec les traces des camions et bien c'est pareil mais dans le bitume !) et en plus saturées de poids lourds qui roulent à plus de 120 ma vitesse de croisière et je me suis fait doubler par des semi !!!! Par contre stations service (avec restaurants et discothèque-bordel) tous les 5 Km et du GPL pas cher (environ 45 cts !). Etape de nuit dans un petit village, au matin les Polonais nous regarde comme des zombies, accueil glacé. Ce phénomène s'est produit partout en Pologne, les commerçants prennent votre argent sans un bonjour, sans vous renseigner si vous avez besoin. Nous avons fait plusieurs fois l'expérience, ils ne veulent pas comprendre ce que vous demandez, que ce soit en français, en anglais ou en russe, or tous les jeunes apprennent l'anglais (qu'ils ne connaissent pas le français je comprends..), les plus de 40 ans parlent tous le russe l'enseignement en étant obligatoire jusqu'à l'écroulement du mur ! Les touristes n'ont pas l'air bienvenus ! Nous traversons la Pologne. Nous avons choisi d'éviter la Biélorussie pour des raisons de sécurité (ce pays est totalement instable et les routes sont souvent contrôlées par des bandits de grands chemins et/ou la police rançonne). Nous passons donc en Lituanie, simple formalités des passeports à la douane, sourires accueil très chaleureux ! Nous nous serions bien attardés le paysage est superbe, hélas impossible pas le temps ! On fonce sur la Lettonie, passage de la douane sans problème avec le magnifique sourire d'une jeune douanière blonde comme les blés qui en lisant le passeport français de mon épouse se rend compte qu'elle est d'origine russe et d'emblée lui parle dans cette langue et fait de l'humour sur les temps nouveaux pour leur pays respectifs (Natacha a la double nationalité russe et française), le contrôle des passeports est une simple formalité. Passage chez les commerçants de Daugavpils une charmante ville avec des avenues ombragées pour le ravitaillement et petit resto,super plaisir ! Nous ferons le plein d'eau dans un village (micropur obligatoire) accueil là aussi chaleureux. Décidément ces deux pays baltes ont bien du charme il faudra y revenir ! Nous filons à toute vitesse une fois encore mais les routes sont bien pourries, un dos d'âne redoutable à 120 et j'éclate un pneu ! Galère pas grave mais épuisante (c'est lourd une roue de dodge par 32° pfuiii) heureusement un petit camion passe, s'arréte et le jeune chauffeur parlant russe me prête la main, super sympa, en plus un pro du changement de roue ! Haha ! Et nous voilà repartis, mais une roue en moins, Il faudra changer le train arrière à St Peter, l'autre pneu n'étant pas neuf il deviendra roue de secours. Une petite erreur de route (Je n'ai pas voulu écouter mon GPS !) et nous sommes obligés de traverser sur une vingtaine de km l'Estonie. Mal nous en prend ! Si tout va bien quand je présente mon passeport conversation en anglais et en russe, cela dérape en lisant celui de mon épouse, les visages se ferment conversation en Estonien uniquement (donc par geste puisque nous ne comprenons pas cette langue, d'ailleurs qui la connaît ? ahah) , fouille complète de la carapace et ils nous prennent la tête pour notre chien mais comme il avait aussi son passeport (ahah) peine perdue! Passeport français oblige ils nous laissent passer 2 heures plus tard ! 20km et la frontière, et encore une prise de tête avec les Estoniens ! Frontière russe, enfin la bonne vraie bureaucratie ! haha ! ( Ceci dit la nôtre n'a pas grand chose à lui envier sur certain point !) Contrôle des passeports, renseignement de la petite fiche d'immigration qu'il ne faut surtout pas perdre, paiement de l'assurance (80 euros pour 3 mois, calcul au prorata de la valeur de votre véhicule, c'est à dire au pifomètre car évaluer le Dodge et en plus la cellule haha !), prise de tête pour la délivrance de l'autorisation d'importation provisoire du dodge (+80 roubles soit : 3 euros environ !), rien n'y fait nous perdons encore 3 jours sur la durée totale de séjour autorisé, il ne nous reste que 17 jours pour voir la Russie ! Visite de la carapace, fouille simplifiée (sous le matelas, les placards) nous rappelons que nous avons un chien et présentons son passeport, pas intéressés les miliciens. Nous sommes autorisés à entrer en Russie, nous stoppons à 100 m du dernier poste de contrôle pour faire boire le toutou (il fait 35° !) et là un milicien débarque et demande les papiers du sabaka (chien)! haha ! Il jette juste un oeil (mais sur la partie rage, pro le gars l'air de rien !). Nous reprenons la route direction St Peter, enfin la Russie que j'aime tant ! Ces routes infinies bordées de forêts profondes ! Ces villages de bois aux maisons peintes de couleurs pastelles, enfin quand elles sont entretenues ! Apprentissage de la conduite à la "russe", les conducteurs russes pratiquent deux sports : survoler les trous à plus de 130 ou zigzaguer à 90 pour les éviter ! (précision : ce ne sont pas des nids de poules, ni même d'autruches, mais ce sont des nids de ptérodactyles !) Là vous comprenez pourquoi les russes ont inventé le kamaz, la gazelle ou la